default_mobilelogo
< 3€ par visiteur et par an suffisent pour maintenir le site en qualité >

Sainghin-en-Weppes

 

 Situation

Sainghin en Weppes fait partie de la châtellenie de Lille comme les villages d'Annœullin, Bauvin et Provins. Le village se trouve à la limite de l'Artois. Nous sommes en 1669.

 

Noms et origine

Sanguin, Senguin, Sengin, Singhem, Saint Ghin, Saint Guins l'étymologie de son nom est mal défini. Certains pensent que les deux Sainghin (en Weppes et en Mélantois) pourraient à l'origine avoir appartenu à un même seigneur du nom de «Seguin». Weppes (Vespes sur les carte de Cassini), vient du latin ad vesperam, signifiant au couchant.

Les armoiries, de gueules au chef d'or sont les armes des châtelains de Lille auquel Sainghin appartient.

Le marais autrefois immense se confondait avec ceux de Wavrin, Allennes, Annœullin, Berclau, et Marquillies, était une importante source économique et était à l'origine de procès incessants entre les habitants des communes voisines.

On fera la comparaison des marais avec l'actuel parc de la Deûle qui englobe une partie des villages précités.

 

Population

La région sainghinoise était occupée dés l'antiquité. Cette occupation gallo romaine a d'ailleurs été prouvée par la découverte dans la tourbe du marais en 1810, d'une antique statue de six pouce et demi de haut représentant Junon, en bronze avec les yeux en argent et confirmée par de nombreuses médailles trouvées au même endroit. La population, peu nombreuse avait peu de communication avec l'extérieur et ce n'est que vers 1200 après le creusement du canal reliant Lille à Sainghin par Robert de Wavrin que le village commença à se développer.

Par la suite, de par sa situation frontalière avec la Flandre et l'Artois que sa population s'accrut par l'apport important de la population Picarde dont le patois Sainghinois ne serait qu'une déformation du patois picard.
Parmi les plus anciennes familles on cite Crespel, Debeaussart, Dubois, Flament, Grave, Hocque, Lallement, Leclercq, Lecocq, Milleville, Patou, Pionié, Rennuit, Tourbier, ...

 

Histoire

La présence des marais était un bienfait pour Sainghin en rendant difficile la circulation et offrait un obstacle aux passage des troupes, ce qui lui évita de nombreuses destructions et pillages que connurent les communes du Weppes. Au milieu du XVI° siècle, le village eut la chance d'être presque totalement épargné par le gueux (nom adoptés par les protestants) pendant les 15 années que dura la lutte mais un siècle plus tard, il fut mis à sac et incendié par les troupes de DE LA MEILLERAYE précédent celui des faubourg de Notre-Dame et des malades à Lille

 

Hameaux et Lieux-dits

Hocron (une importante seigneurie d'Ocron -Hocron- se trouvait à Fournes dés le XIV° et possédait un chateau appartenant au 19° siècle au comte d'Hespel) - les Aulnes - les Combles - la Sablonnière - l'Épinette - les Obleds - le Bois défriché - le Marais à roseaux - le Grand Lac - les Bruyères - la Mottelette - l'Enclos - le Bois de Deseur - le Grand clair - le Chateau cornu - les Ewies - la Plate voie - l'Angle - le Marais d'Annœullin - les Arrentemens - l'Ile aux Baraques.

 

Le Marais

L' enregistrement au Baillage d'Amiens, 1507, stipulait «.. tous et chacun les manans et habitans de Sainghin en Weppes pouvaient mener leurs betes paitre au marais de cette ville sous la garde d'un proyer commis par les bailli, echvins et communauté et en iceux faucher autant d'herbe qu'ils en avaient besoin pour la provision de leur bétail, mais sans pouvoir faire foin avant la Saint Jean Baptiste, et à la réserve tant des bois croissant que des pecheries, lesquels appartenaient au seigneur. Et pour ce, lesdits manans et aussi les manans du couvent de Saint Pierre devaient au seigneur. Et pour ce, lesdits manans et aussi audit seigneur, pour chacun an et chacun manoir où on faisait feu, une rasière d'avoine .. »

 

Les seigneurs

Roger III de Wavrin , sénéchal de France, est le premier seigneur connu. Puis Renaud II, chatelain de Lille, par la fille du précédent. A sa mort, par le remariage de son épouse, Sainghin retourna à Robert de Wavrin, frère de Mathilde et fils de Roger III, puis à Jean Frère et héritier de Renaud II.

Les seigneurs furent successivement ensuite:
• Wallerand de Luxembourd, sire de Ligny
• Jeanne de Luxembourg
• Pierre de Luxembourg
• Jacques de Luxembourg
• Isabeau de Luxembourg
• François de Melun
• Hugues de Melun
• Pierre de Melun
• Guillaume de Melun
• François Philippe de Melun
• Guillaume de Melun comte de Beaussart, grand d'Espagne
• Marie Lydie Albertine de Melun marquise de Richebourg, grande d'Espagne. Elles résidait alternativement à Sainghin en Weppes et à Walincourt. Elle devait décéder célibataire le 13 décembre 1746.